Benoit Hamon écrit aux parents d'élèves (rythmes scolaires) - 12/06/2014

 

Ministère de

 l’Éducation nationale,

de l’Enseignement supérieur et de la Recherche

 

Le ministre Paris, le 12 juin 2014


Madame, Monsieur, Chers parents,


La réussite de votre enfant est notre objectif commun. C’est pourquoi, à la prochaine rentrée, tous les écoliers bénéficieront d’une organisation du temps scolaire plus propice à l’apprentissage de la lecture, de l’écriture et du calcul.

L’adoption de ces nouveaux temps scolaires vise à faciliter l’acquisition par chaque élève des savoirs fondamentaux et à développer en chacun d’eux un véritable goût pour apprendre. Elle est complémentaire de l’effort que nous poursuivons depuis deux ans en matière de recrutement, de formation des maîtres ou encore de modernisation de la pédagogie.

Nombreuses sont les études internationales qui pointent le fait que nos écoliers savent moins bien mobiliser leurs connaissances à bon escient que leurs voisins européens. Ils manquent également de confiance en eux, en comparaison de leurs petits camarades des pays de l’OCDE. Surtout, l’école française est aujourd’hui en Europe celle où l’origine sociale des enfants pèse le plus lourdement sur les résultats. Une récente étude du Ministère de l’Éducation nationale a montré le recul du niveau des élèves de CE2 en calcul et en compréhension de textes.

La nouvelle organisation de la semaine scolaire doit contribuer à donner aux enfants confiance en eux et en leur capacité à bien apprendre. En effet, cinq matinées au lieu de quatre, c’est, chaque semaine, un temps supplémentaire pour travailler dans de bonnes conditions, le matin étant le moment de la journée où l’attention des enfants est la plus soutenue.

Le matin d’école supplémentaire permet également une répartition plus équilibrée des heures de classe tout au long de la semaine. Depuis la suppression en 2008 de la demi-journée du samedi matin, notre pays présentait à la fois le nombre de jours d’école le plus faible d’Europe et la journée de classe la plus chargée. Cette concentration du temps d’enseignement était préjudiciable aux apprentissages. La nouvelle organisation de la semaine donne ainsi aux élèves et aux enseignants un emploi du temps plus harmonieux.

De fait, en 2013, c’est déjà 1,3 million d’enfants qui sont passés à la semaine de cinq jours. Les bienfaits de cette nouvelle organisation sont déjà clairement perçus par la communauté éducative et par les enfants eux-mêmes.

400 professionnels du corps enseignant ayant mis en oeuvre les nouveaux horaires se sont réunis, entre mars et avril 2014, afin de tirer un premier bilan de l’année écoulée. Trois bénéfices-clés ont été identifiés. Tout d’abord, les apprentissages fondamentaux sont positionnés aux horaires où l’attention des enfants est la plus grande. La matinée supplémentaire permet de repenser la répartition des activités dans un emploi du temps en phase avec les besoins de l’enfant. Enfin, autour des nouveaux temps scolaires se met en place, pour l’enfant, dans chaque école, un projet éducatif global.

Bien sûr, je comprends que certains puissent éprouver de l’inquiétude face à ce changement. Sachez que les équipes académiques ont travaillé, dans chaque commune, main dans la main avec les enseignants, avec vos représentants et avec les élus locaux pour que la modification des temps scolaires se fasse dans les meilleures conditions.

Dès le 23 juin, vous aurez la possibilité de vous connecter au site d’information qui vous est dédié (5matinees.education.gouv.fr). Vous pourrez y consulter les horaires de votre école pour la rentrée 2014 et aurez accès à des informations et témoignages sur tous les bénéfices de cette nouvelle organisation. Soyez donc assurés que la rentrée 2014 est préparée avec le plus grand soin.

L’école a trop souvent changé en fonction de l’intérêt des adultes et non de celui des enfants. Je veillerai donc en lien avec vous, avec les enseignantes et les enseignants, avec les directrices et les directeurs d’école à tout mettre en oeuvre afin que toutes les chances soient données à nos élèves pour bien apprendre et bien réussir.

Je vous donne rendez-vous à la rentrée des classes et vous souhaite, dans l’intervalle, un bon été.


Bien à vous,

Benoît Hamon

Ministre de l’Éducation nationale,

de l’Enseignement supérieur
et de la Recherche

 

A télécharger ici :

http://cache.media.education.gouv.fr/file/06_Juin/51/1/2014_bienfaitsrythmes_lettre_parents_329511.pdf

 

 

Posté par primairebichet à 15:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


Vu dans la presse : la rentrée scolaire des élèves est reportée au 2 septembre 2014

Le ministre de l'Education nationale Benoît Hamon a repoussé la rentrée scolaire des 12 millions d'élèves du 1er au 2 septembre, vendredi 16 mai, lors du Conseil supérieur de l'éducation. A moins de deux mois des vacances d'été, le ministère de l'Education nationale hésitait jusque-là sur la date officielle de la prochaine rentrée.

 

BHamon2

 

La veille, le Snes-FSU, syndicat du secondaire, avait en effet annoncé sur Twitter que les enseignants ne feraient par leur pré-rentrée le vendredi 29 août – comme prévu dans le calendrier officiel pour la rentrée 2014 – mais le 1er septembre, le jour de la rentrée des élèves.

"Le tout-en-un n'est pas possible : si on déplace la pré-rentrée, il faut aussi déplacer la rentrée", avait alors commenté Christian Chevalier, secrétaire général du SE-Unsa, deuxième syndicat de l'éducation. Pour els syndicats, il n'était donc pas envisageable d'effectuer la rentée des élèves et des enseignants le même jour.

Ne pas toucher au mois d'août

L'explication du décalage de la pré-rentrée des enseignants est à chercher du côté des vacances. "Attaquer le mois d’août, qui a toujours été un mois de vacances, nous paraissait vraiment dangereux", a déclaré jeudi Jean-Rémi Girard du SNALC (Syndicat national des lycées et collèges), comme le rapporte Les Echos.

Mais les syndicats d'enseignants ne tenaient pas spécialement à cette journée de pré-rentrée, comme l'indique Jean-Rémi Girard : "La journée de pré-rentrée permet, certes, d’accueillir les nouveaux collèguesMais elle se résume souvent à un discours et à la communication des emplois du temps. Parfois, il faut le dire, elle ne sert pas à grand-chose."

 

Source France Tv Info 16/05/2014

http://www.francetvinfo.fr/france/la-rentree-scolaire-des-eleves-est-reportee-au-2-septembre-annonce-le-ministre-de-l-education_601493.html

 

 

 

Posté par primairebichet à 10:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Rythmes scolaires : le gouvernement plie devant les maires et les enseignants

BHamon

Le ministre de l'Éducation nationale, Benoît Hamon, a annoncé vendredi matin que les écoles pourraient concentrer les activités périscolaires sur une seule demi-journée.

Crédits photo : STRINGER/AFP

 Le gouvernement est en passe de vider en partie la réforme des rythmes scolaires de sa substance et de son sens. Pour calmer la grogne. Benoît Hamon, le ministre de l'Éducation nationale, a répondu aux demandes de l'Association des maires de France (AMF) de regrouper les activités périscolaires sur une demi-journée. Et il caresse aussi les enseignants dans le sens du poil.

Il confirme les pistes qui avaient déjà été annoncées par le premier ministre, Manuel Valls. Ce dernier avait avancé l'idée de permettre aux municipalités «de regrouper certaines activités» car «c'est ça qui était demandé, avec un problème plus spécifique concernant les maternelles», avait-t-il indiqué. Depuis la nomination du nouveau gouvernement, Jacques Pélissard, le président de l'Association des maires de France, ne cessait de dire qu'«à défaut d'assouplissement, nous demanderons le report de la réforme», réclamant notamment un regroupement. Mais en annonçant ce regroupement, le gouvernement offre aussi sur un plateau d'argent une demi-journée de libre aux enseignants… De quoi calmer les ardeurs de ceux qui étaient encore opposés à la réforme.

 Des économies substantielles pour les communes

Concrètement, le nouveau texte donnera la possibilité aux maires de rassembler les activités périscolaires en une seule demi-journée pour permettre aux communes en milieu rural «de passer des partenariats avec des associations, avec un conservatoire, avec d'autres communes et d'organiser plus simplement ce temps périscolaire», a expliqué Benoît Hamon. Il est en effet plus facile pour les petites communes isolées de recruter des animateurs pour une seule session d'une heure et demie hebdomadaire plutôt que pour deux sessions de quarante-cinq minutes sur deux jours différents, comme la plupart des communes passées aux nouveaux rythmes se sont aujourd'hui organisées… Le temps de transport peut en effet être rédhibitoire pour ces personnes. Regrouper les activités sur une seule demi-journée, cela signifie aussi plus de facilités pour organiser une sortie scolaire ou à la piscine, par exemple. Et des coûts allégés pour les communes en terme de transports. Ces derniers jours, les petites communes ne cachaient plus, en effet, ne pas pouvoir faire face à une telle organisation et envisager des temps de garderie en lieu et place des activités ambitieuses annoncées.

Nouveauté inattendue, en revanche, les communes qui le souhaitent pourront alléger encore plus la semaine en allongeant le temps de travail des enseignants au détriment des vacances scolaires. Elles pourront passer par exemple de 24 heures à 23 heures par semaine mais ils devront rattraper ces heures. Ce système existait dans certaines communes, avant 2008, où les enseignants travaillaient quatre jours par semaine. En contrepartie, ils rentraient quelques jours plus tôt, au mois d'août. Selon le texte, il sera même possible de limiter la semaine à 20 heures. Une «proposition inacceptable et inconcevable» pour la chronobiologiste Claire Leconte car elle impliquerait de rogner sur sept semaines de vacances!

 

«Plus personne ne s'intéresse aux enfants»

Cette dernière observe par ailleurs des «aberrations» dans le projet. Une des possibilités dérogatoires dans le décret de Vincent Peillon, avec des matinées de plus de 3h30, n'existe plus. Munster, Épinal, Lille étaient ainsi organisées avec de longues matinées, un temps favorable aux apprentissages. «On ne comprend pas pourquoi ce n'est plus possible», indique Claire Leconte.

Seule certitude, selon elle, si les communes ont obtenu gain de cause, personne «une fois de plus ne s'intéresse aux enfants» alors que la clé de rythmes scolaires améliorés résiderait surtout, selon elle, dans une plus grande implication des enseignants: «Plus personne ne s'intéresse au fait que les enseignants ne sont pas impliqués. Le texte ne parle que de chiffres. On ne s'intéresse pas aux enfants. Ce que je demande, c'est qu'on s'intéresse à l'enfant apprenant. Comment peut-on penser que le fait d'alléger une journée d'une demi-heure ou deux heures va changer quelque chose? C'est au sein de l'école elle-même et dans les pratiques des enseignants que les choses doivent changer. La plupart des enfants continueront à avoir des journées qui commencent à 7h30 et se terminent à 18h30.»

 

Source Le Figaro 25/04/2014 :

 http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/04/25/01016-20140425ARTFIG00134-rythmes-scolaires-le-gouvernement-plie-devant-les-maires-et-les-enseignants.php