240_F_116189386_2QpGhFVVhefakE6GxGrEvQYgjf8QL7UD

Avant d’être un jour férié ou un jour chômé, le 15 août est une fête religieuse. Il s’agit de l’Assomption de Marie, c’est-à-dire sa montée au ciel : corps et âme. Vierge de tout pêché, le corps de Marie ne pouvait connaître la dégradation dans la mort.

C’est Louis XIII qui popularise la fête du 15 août en France, en 1638. N’ayant toujours pas d’héritier, il se tourne vers Marie pour lui demander son aide. Pour cela, il demande à ses sujets d’organiser des processions en l’honneur de la Vierge Marie. Ayant eu un héritier, le futur Louis XIV, l’année d’après. Les processions du 15 août devinrent une tradition, encore nombreuses aujourd’hui. À Paris, il s’agit même d’une procession fluviale sur la Seine le 14 août et une procession pédestre, plus traditionnelle, le 15 août.

Le 15 août est alors devenu un jour chômé pour permettre aux croyants d’exercer leur foi.

Le terme d’Assomption n’apparaît qu’en 1950 avec le Pape Pie XII qui rend officiel le dogme de l’Assomption.

 

15 août : la Fête Nationale

 

En 1806, Napoléon Bonaparte alors Empereur décrète que le 15 août deviendra la Saint Napoléon. Cette date n’a pas été choisie par hasard. Il s’agit en fait du jour de signature du Concordat de 1801 rétablissant la religion catholique en France et c’est aussi le jour de naissance de Napoléon.

Ce jour-là représentait donc la Saint Napoléon, le rétablissement de la religion catholique et le jour de la Vierge Marie.

Le 15 août deviendra donc entre 1806 et 1813 tout naturellement la Fête Nationale Française.

Et ce n’est qu’en 1880 que le 14 juillet deviendra l’actuelle Fête Nationale et que le 15 août sera déclaré jour férié.