Vu dans la presse : La refondation de l'école adoptée par le Sénat

Le Sénat a adopté en première lecture dans la nuit de vendredi à samedi le projet de loi de refondation de l’École en y apposant la patte de sa majorité de gauche notamment sur les missions premières de l’école.

vincent peillon

Le texte a été adopté par 176 voix contre 171. L’opposition UMP, UDI-UC a voté contre tandis que PS, CRC (communistes), RDSE (à majorité radicaux de gauche) et Ecolos ont voté pour. C’est l’un des rares textes du gouvernement a avoir été approuvé par le Sénat de gauche sans l’apport de voix de droite. La partie était pourtant loin d’être jouée, les sénateurs communistes dont les 20 voix sont indispensables à une majorité de gauche très étroite ne jugeant pas le projet à la hauteur de l’ambition.

Le ministre de l’Éducation, Vincent Peillon a su faire des pas vers le CRC, retirant par moments certains de ses amendements, épaulé par les sénateurs PS, la rapporteure PS, Françoise Cartron et la présidente écolo de la commission de la Culture Marie-Christine Blandin. Matignon était opposé à certaines de ces concessions et un bras de fer au sein de la majorité a émaillé en coulisse ce débat entamé mercredi, a-t-on indiqué de source parlementaire PS.

Le projet de loi d’orientation et de programmation pour la refondation de l’École de la République et qui traduit plusieurs promesses de François Hollande a déjà été adopté par les députés le 19 mars. Il prévoit la création de 60 000 postes dans l’éducation en cinq ans, réinstaure une formation des enseignants dès la rentrée 2013 avec les Écoles supérieures du professorat et de l’Éducation (Espe) et donne la priorité au primaire avec notamment un renforcement de la scolarisation des moins de trois ans. Il fixe de grandes orientations et devra pour partie être concrétisé par de futurs décrets ou circulaires.

Le Sénat a réécrit l’article 3 sur les missions premières de l’école affirmant les principes notamment de mixité sociale, de coopération entre élèves, de reconnaissance que chacun doit être considéré comme capable d’apprendre.

Sur proposition d’un amendement du gouvernement, la Haute assemblée a décidé de rendre obligatoire la devise de la République « liberté, égalité, fraternité » et le drapeau tricolore au fronton des établissements scolaires ainsi que l’affichage de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789.

Le Sénat a inscrit de nombreux autres principes ou dispositions comme l’assouplissement de l’accès aux langues régionales, l’éducation à l’environnement, le renforcement des mesures en faveur des enfants en situation de handicap, l’expérimentation du dernier mot donné aux parents sur les redoublements…

Concernant la formation professionnelle, le ministre a retiré ses amendements attribuant aux régions la carte des formations professionnelles initiales, qui avaient provoqué la colère des sénateurs communistes attachés aux prérogatives de l’État.

Vincent Peillon interrogé en marge du débat a assuré qu’il « défendra jusqu’au bout les changements pertinents introduits au Sénat ». Le texte doit repartir pour une deuxième lecture à l’Assemblée avant de revenir au Sénat.

« Profondément enrichi par le travail de la Commission, il porte une ambition nouvelle pour notre école après 10 années désastreuses » s’est réjouie Marie-Christine Blandin (EELV) dans un communiqué de presse de son groupe.

Les communistes se sont félicités « d’avoir obtenu le recul des mesures de régionalisation de l’école ».

« La réussite et l’équité seront au cœur de l’école de demain : une école publique, laïque, inclusive » a assuré Françoise Laborde (RDSE).

« C’est une espérance qui se lève » a lancé M. Peillon « Élever le niveau de tous les élèves et réduire les inégalités scolaires, promouvoir une école juste pour tous et exigeante pour chacun, tels sont les engagements et qui seront tenus », a-t-il ajouté dans un communiqué.

L’UMP et les centristes ont bataillé contre un texte qui « n’est pas la réforme du siècle » selon Jacques Legendre, lui reprochant notamment de ne pas traiter de l’orientation ni du second cycle du second degré.

Pour Françoise Ferat (UDI-UC) il « comporte bien trop de déclarations d’intentions ».

 

 

Source Est Républicain du 25/05/2013 :

http://www.estrepublicain.fr/actualite/2013/05/25/la-refondation-de-l-ecole-adoptee-par-le-senat

 

Posté par primairebichet à 08:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,


Rythmes scolaires et vacances d'été : Peillon avance à pas comptés.

Le ministre de l'Education ne zonera pas pour l'instant les vacances d'été, a-t-il indiqué vendredi matin sur RTL, répondant à l'inquiétude des professionnels du tourisme face à certaines propositions du rapport sur la refondation de l'école.

peillon_vincent

Prélude à un projet de loi, le rapport sur la refondation de l'école estime que "pour respecter l'alternance sept semaines de cours/deux semaines de vacances (recommandée par les spécialistes de l'enfance), il conviendrait d'envisager soit la suppression du zonage de certaines petites vacances, soit le zonage de toutes les vacances". Ce zonage existe en France depuis 1964 : le pays est découpé en trois zones permettant d'étaler les vacances d'hiver et de Pâques sur quatre semaines, pour favoriser les activités touristiques, notamment celles liées aux sports d'hiver, et répondre aux impératifs de sécurité routière. Et face au possible bouleversement de ce calendrier, les professionnels du tourisme sont montés au créneau jeudi soir. Ils se sont notamment élevés contre l'idée d'un abandon du zonage des vacances d'hiver et de Pâques, invoquant "des conséquences graves" sur l'économie du tourisme.

Alors, zonage ou pas zonage ? Un véritable véritable casse-tête, compte tenu des enjeux divergents pour les professionnels du tourisme, les professionnels de l'éducation et les parents d'élèves notamment. Faudrait-il mettre fin au zonage pour les vacances d'hiver... ou y intégrer les vacances d'été ? Interrogé sur ce dernier point vendredi matin sur RTL, Vincent Peillon a écarté cette hypothèse... du moins dans l'immédiat.

Quel rôle pour les parents ?

"Pour l'instant, je crois que les vacances d'été telles qu'elles sont, nous ne sommes pas en capacité de les changer", a souligné le ministre de l'Education. "Mais je pense qu'au programme du travail que nous avons à accomplir dans les années qui viennent, cette question ne devra pas être taboue". Il a ajouté que pour l'instant la priorité du gouvernement était de résorber l'échec scolaire, le décrochage. Quant à la demi-journée supplémentaire induite par le retour à la semaine de quatre jours et demi à la rentrée 2013 en primaire, "ce sera d'abord le mercredi matin, mais il peut y avoir des dérogations" décidées localement, a-t-il réitéré.

Interrogé par ailleurs par des auditeurs sur la possibilité des parents d'élèves d'aider leurs enfants, le ministre a expliqué sa volonté de supprimer les devoirs à la maison. "Aujourd'hui beaucoup d'enfants n'ont pas la chance d'avoir (...) à la maison des gens qui peuvent les aider", a-t-il fait valoir. En outre, leurs journées "sont déjà très chargées", avec six heures de cours, la pause s'ils mangent à la cantine, éventuellement l'aide individualisée s'ils sont en difficulté, et ils rentrent donc "déjà très fatigués à la maison", avant même d'attaquer les devoirs. "C'est beaucoup plus que ce que recommandent les médecins", a-t-il souligné. "Quand les parents ne peuvent pas les aider en fonction de leur niveau culturel, ce sont des officines privées qui se développent beaucoup", mais "il faut avoir les moyens de les payer. C'est beaucoup d'injustice entre les enfants de France, beaucoup de fatigue et au total pas beaucoup de réussite". Selon le ministre, les devoirs "doivent se faire à l'école". Cela "ne vous interdira pas, Madame, bien entendu, de travailler avec votre fils, si vous le souhaitez", a-t-il indiqué.

Une autre auditrice s'inquiétait pour les activités du mercredi de son enfant compte tenu du retour à la semaine de quatre jours et demi en primaire. "L'ambition qui est la nôtre" est "de donner le nombre de jours nécessaire" pour apprendre à lire, écrire... a expliqué le ministre.

 

Source : LCI - Tf1 :

http://lci.tf1.fr/france/societe/rythmes-scolaires-et-vacances-d-ete-peillon-avance-a-pas-comptes-7580691.html

 

Posté par primairebichet à 06:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

Rythme scolaire et recrutements dans le primaire.

Le ministre de l'Education Nationale, qui envisage un retour à l'école le mercredi matin, détaille les recrutements prévus dans le primaire.

 

V Peillon

«Nous avons volé les enfants de 40 jours d'apprentissage», a estimé mardi Vincent Peillon.

***

 Ce sera finalement le mercredi matin. Reçu par Jean-Michel Aphatie sur RTL, Vincent Peillon l'a annoncé ce 22 mai: la fin de la semaine de quatre jours se traduira a priori par un mercredi travaillé.

Quelques jours après avoir expliqué que la semaine de cinq jours -plus exactement de quatre jours et demi - ferait son retour en 2013, le nouveau ministre de l'Éducation a précisé mardi que la fameuse demi-journée supplémentaire serait vraisemblablement placée en milieu de semaine, le mercredi.

«C'est le choix le plus juste pour ceux qui aiment les enfants et veulent leur réussite», a-t-il déclaré. Après, il y a les collectivités locales et il y aura des choix à faire sur le terrain», a-t-il ajouté.

Le samedi et ses grasses matinées seront donc préservés, ainsi que le sacro-saint week-end de deux jours. De quoi satisfaire parents, enseignants, mais également la puissante industrie du tourisme.

«Nous avons volé les enfants de 40 jours d'apprentissage», a argumenté Vincent Peillon, expliquant à nouveau que les écoliers français ont, avec 144 jours d'école, 40 jours de moins que dans les autres pays d'Europe. L'idée, bien souvent évoquée, de raccourcir de 15 jours les vacances d'été «fera partie des discussions».

Le ministre a aussi fait le point sur les recrutements dans le cadre du plan d'urgence pour la rentrée. «Pour faire face aux 14.000 suppressions de postes prévues pour la rentrée prochaine, dette éducative que nous laisse la droite, nous allons créer 1000 postes d'enseignants dans le primaire et 2000 postes d'assistants d'éducation».

Le ministre a également annoncé la création d'un certain nombre de postes pour l'accompagnement des enfants handicapés ainsi que la mise en place d'un «nouveau corps qu'il faudra former» à destination des établissements où il y a des violences scolaires.

Au total, 4000 postes seraient créés d'ici à la fin de l'année.

***

Source - Le Figaro - 22/05/2012

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2012/05/22/01016-20120522ARTFIG00394-semaine-de-quatre-jours-peillon-persiste-et-signe.php

Posté par primairebichet à 07:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,