Vu dans la presse : Chantal, chef de bord dans le car

terminus-tout-le-monde-descend-la-mission-de-chantal-n-est-pas-finie

8 h 15 pétantes ! Le car du Bélieu fait sagement un demi-tour au rond-point pour venir s’arrêter sur son parking du côté des escaliers donnant accès directement au chemin de l’école. « La sécurité exige que les écoliers n’aient pas à traverser la route départementale qui vient d’être aménagée », précise Françoise l’agent de sécurité déjà en poste habillée de son gilet fluo.

« J’avais quitté la Fabi et ça m’embêtait de rester à la maison »

Les écoliers descendent du car, la mine endormie, une cinquantaine que Jean-Louis, le chauffeur, a « chargé » au départ du Bélieu puis aux points de ramassage « Sous Réaumont », avant de s’arrêter deux fois sur le territoire finois, au Bas de La Chaux et aux Lavottes, pour une douzaine.

Les locaux n’ont pas la majorité dans le bus. Ils n’ont qu’à bien se tenir. « Allez les loulous, on descend et on se range ! ». L’ordre vient de l’intérieur. « Mais des petits loups très gentils, contrairement à ce qu’on suppose », précise Chantal, l’accompagnatrice, qui elle a l’air bien réveillée.

Elle persiste et assure que ce sont « de très bons gamins ». Elle a déjà fait le voyage aller depuis chez elle aux Fins en compagnie d’une autre Françoise pour les rejoindre au départ.

Sa mission n’est pas finie tant qu’elle ne les a pas déchaussés et déshabillés dans les vestiaires de l’école maternelle. Chantal n’a pas hésité une seconde lorsque le maire du Bélieu, son employeur lui a proposé ce job. « J’avais quitté la Fabi et ça m’embêtait de rester à la maison à rien faire », raconte le chef de bord. Une pause jusqu’à 15 h 30 et c’est reparti pour un tour dans le sens inverse, cette fois.

« Ce n’est que du bonheur lorsque les papys et les mamies me confient leurs pioupious » Comme les appelait affectueusement, Léon, l’ancien cantonnier.

Source Est Républicain 25/11/2014