Vu dans la presse : Validation du passage à la semaine de 4 jours aux Fins - 19/07/2017

La commune des Fins fait savoir...

Haut-Doubs / Rentrée scolaire : Validation du passage à la semaine de 4 jours aux Fins

 

C’est acté. A la rentrée prochaine, les écoles maternelle et élémentaire de la commune des Fins passeront à la semaine de 4 jours. La municipalité a reçu un avis positif pour ce changement de la part de la Direction des Services Départementaux de l’Éducation Nationale du Doubs (DSDEN).

Ainsi, les nouveaux horaires seront les suivants :

Lundi : 8h30-11h30 / 13h30-16h30

Mardi : 8h30-11h30 / 13h30-16h30

Jeudi : 8h30-11h30 / 13h30-16h30

Vendredi : 8h30-11h30 / 13h30-16h30

Cette nouvelle organisation sera coordonnée avec les bus du ramassage scolaire de la commune des Fins et du Bélieu. Par ailleurs, le temps périscolaire de 16h30 à 18h00 sera maintenu avec au choix des familles des études surveillées, des activités sportives, ou des ateliers culturels. L’école des Fins, compte 350 élèves, répartis dans 13 classes.

 

Source Plein Air 19/07/2017 : 

http://pleinair.net/actualites-regionales/23-vie-locale/68542-rentree-scolaire-les-ecoles-des-fins-passent-a-la-semaine-de-4-jours#.WW8nuUG4dfs.facebook

 

 

 

Posté par primairebichet à 11:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


Vu dans la presse : liste des communes qui repassent à la semaine des 4 jours (Est Républicain 14/07/2017)

Les communes qui le souhaitent peuvent dès la rentrée prochaine revenir à la semaine de quatre jours dans les écoles. De nombreuses municipalités dans le Nord Franche-Comté ont fait ce choix là, en accord avec les parents d'élèves et le rectorat.

Les communes de Franche-Comté avaient jusqu'au 8 juillet pour demander le retour à la semaine de quatre jours, dés la rentrée 2017. Des demandes faites conjointement avec les conseils d'école. Une première liste a été validée par le rectorat de Besançon.

DOUBS

Pour la rentrée 2017, 27,6 % des écoles, soit 126 ont demandé une demande de dérogation pour la rentrée prochaine. A ce jour, 15 écoles ont reçu une autorisation. Les 111 autres situations recevront une réponse dans les prochains jours

  • Arc et Senans (école primaire Le petit Prince)
  • Arc-sous-Cicon
  • Fourg
  • Frambouhans
  • Hérimoncourt (école élémentaire Centre, école maternelle Terre Blanche, école primaire La Bouloie)
  • Laviron
  • Les Breseux
  • Les Ecorces
  • Les Gras
  • Montandon
  • Naisez-les-Granges (école primaire Guillaume Aldebert)
  • Sainte Suzanne (classe maternelle et élémentaire Les Feunus)
  • Verrieres de Joux

Territoire de Belfort

Dans le Territoire de Belfort 17 écoles sont autorisées à fonctionner sur la base de 4 jours.

  • Auxelles-Bas (Ecole élémentaire RPI des 2 Auxelles)
  • Auxelles-Haut (Ecole elémentaire RPI des 2 Auxelles)
  • Danjoutin (école maternelle et élémentaire Saint-Exupéry, école élémentaire Anne Franck)
  • Eloie (école élémentaire)
  • Giromagny (EEPU DR Benoît - Lhomme Site Lhomme + Lhomme Site Dc Benoît , EMPU du Chantoiseau)
  • Lacollonge (école élémentaire)
  • Lepuix ( école maternelle)
  • Menoncourt (Ecole primaire Paul Egger)
  • Phaffans (Ecole maternelle de La Baroche, école élémentaire RPI Phaffans Denney)
  • Roppe (école élémentaire Marie-France Moine)
  • Vétrigne (école maternelle)
  • Réchésy (école élémentaire)

Haute-Saône

En Haute-Saône, 46,88 % des écoles, pour l'essentiel rurales, sont autorisées à fonctionner sur la base de quatre jours par semaine. (le chiffre indique le nombre d'écoles concernées dans la commune)

  • Aillevillers (1 école maternelle et une école élémentaire)
  • Amance (1)
  • Arc les Gray (école maternelle les Bougeons)
  • Arc les Gray (école Pergaud)
  • Baudoncourt (1)
  • Breuches (1)
  • Champlitte (1 école maternelle et 1 école élémentaire)
  • Colombier (1)
  • Combeaufontainre (1)
  • Conflandey (1)
  • Conflans sur Lanterne (1)
  • Dampierre sur Salon (1 école maternelle + 1 école élémentaire)
  • Fontaine les Luxeuil (1 école maternelle + 1 école élémentaire)
  • Fougerolles (école maternelle Château)
  • Fougerolles (Fougères)
  • Frahier (1)
  • Fresse (1)
  • Froideconche (école élémentaire)
  • Froideconche (école maternelle la Corveraine)
  • Gray (école maternelle Capucins )
  • Gray ( école élémentaire Edmond Bour)
  • Gray (école maternelle Prévert)
  • La Chapelle les Luxeuil (1)
  • La Longine (1)
  • Luxeuil (école Bois de la Dame)
  • Luxeuil (école élémentaire Boulevard Richet)
  • Luxeuil (école maternelle centre)
  • Luxeuil (école Mont Valot)
  • Luxeuil (école stade)
  • Magnoncourt (1)
  • Navenne (école élémentaire et école maternelle)
  • Passavant la Rochère (1)
  • Plancher les Mines (1)
  • Pôle éducatif d'Aboncourt-Gésincourt
  • Pôle éducatif d'Apremont
  • Pôle éducatif d'Autrey les Gray
  • Pôle éducatif de Bouligney
  • Pôle éducatif de Boult
  • Pôle éducatif de Citers
  • Pôle éducatif de Clairegoutte
  • Pôle éducatif de Corre
  • Pôle éducatif de Franchevelle
  • Pôle éducatif de la Roche Morey
  • Pôle éducatif de Lavoncourt
  • Pôle éducatif de Perrouse
  • Pôle éducatif de Rioz
  • Pôle éducatif de Traitiéfontaine
  • Pôle éducatif de Trésilley
  • Pôle éducatif de Vauvillers
  • Pôle éducatif de Velesmes
  • Pôle éducatif de Villers les Luxeuil
  • Port sur Sâone (école Pergaud)
  • Port sur Saône (école St Valère)
  • Quincey
  • Rigny
  • RPI Amoncourt / Fleury les Faverney (2)
  • RPI Arpenans / Mollans (2)
  • RPI Autet / Beaujeu / Seveux (3)
  • RPI Auxon / Bougnon (2)
  • RPI Blondefontaine / Cemboing (2)
  • RPI Breuchotte / Raddon (2)
  • RPI Breurey les Favernais / Faverney / Mersuay (3)
  • RPI Colombe les Vesoul / Villers le Sec (2)
  • RPI Essertenne /Mantoche / Nantilly / Poyans (4)
  • RPI Etuz / Montboillon / Oiselay (3)
  • RPI Flagy / Neurey en Vaux / Vellefrie (3)
  • RPI Genevrey / Mailleroncourt Charrette (2)
  • RPI Grandvelle / Maizières / Recologne les Rioz (3)
  • RPI Gray la Ville / Velet (2)
  • RPI La Villedieu en Fontenette / Meurcourt/ Velorcey (3)
  • RPI Membrey / Vaite (2)
  • RPI Menoux / Polaincourt / St Rémy (3)
  • Saulx (1)
  • St Bresson (1)
  • St Loup sur Semouse (centre , Chanois, Mont Pautet)
  • Saint-Sauveur (école maternelle + élémentaire)
  • Vaivre (1)
  • Vellexon (1)
  • Voray sur l'Ognon (1)

 

Source France Bleu 

https://www.francebleu.fr/infos/education/nord-franche-comte-la-liste-des-communes-qui-repassent-la-semaine-de-quatre-jours-1499959886

 

 

 

Posté par primairebichet à 15:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Vu dans la presse : Rythmes scolaires, la semaine de 4 jours revient - Le Point 29/06/2017

La semaine de 4 jours avait été instituée sous Nicolas Sarkozy, avec la suppression du samedi matin, puis remise en cause en 2013 par Vincent Peillon.

 

9218526lpw-9218550-article-ecole-jpg_4385476_660x281

 

Le décret autorisant les communes à revenir dès la rentrée prochaine à la semaine de quatre jours d'école en primaire est paru mercredi au Journal officiel. Il symbolise un coup de canif à la réforme mise en œuvre par le précédent gouvernement. Ce texte permet d'« autoriser des adaptations à l'organisation de la semaine scolaire ayant pour effet de répartir les heures d'enseignement hebdomadaires sur huit demi-journées réparties sur quatre jours », sans modifier le temps scolaire sur l'année ou sur la semaine. Cela constitue le troisième changement de rythme pour les écoliers en seulement neuf ans. La semaine de quatre jours avait été instituée en 2008 sous Nicolas Sarkozy, avec la suppression du samedi matin. Cette organisation était critiquée par les chronobiologistes, et l'ancien ministre de l'Éducation Vincent Peillon avait décidé dans le précédent quinquennat de revenir à la semaine de 4,5 jours, généralement avec le mercredi matin. Cette réforme, contestée par des élus, des enseignants et des parents, a été lancée à la rentrée 2013 et généralisée à la rentrée 2014, étalant davantage les 24 heures de classe avec l'objectif d'améliorer les apprentissages. Le raccourcissement des journées de cours s'est accompagné de la création d'activités périscolaires à la charge des communes, partiellement financées par l'État.

Moins de dépenses pour les communes

Un rapport du groupe du travail du Sénat publié en juin recommande de ne pas revenir à la semaine de quatre jours, et ce, malgré les défauts de la réforme, « improvisée et incomplète ». Y revenir « serait un mauvais signe, car on ferait prévaloir le monde des adultes sur celui des enfants », a notamment fait valoir Jean-Claude Carle, sénateur Les Républicains de Haute-Savoie. Selon une récente étude de l'Institut des politiques publiques (IPP), la réforme des rythmes scolaires de 2013 a permis aux mères de « mieux répartir leur temps de travail » en travaillant davantage le mercredi. Pour le SNUipp-FSU, premier syndicat du primaire qui avait mené la contestation en 2014, « l'organisation d'une semaine scolaire, sur quatre jours ou quatre jours et demi », doit être « réfléchie pour permettre de meilleures conditions d'apprentissage pour les élèves ». « Dans ce projet, l'intérêt de l'enfant n'est pas pris en compte », déplore la FCPE, la plus grosse fédération de parents d'élèves.

Du côté des communes, le retour aux quatre jours pourrait permettre de diminuer leurs dépenses, liées aux transports ou aux activités périscolaires. L'Association des maires de France (AMF) a salué mardi « la volonté louable de redonner de la souplesse au dispositif actuellement en vigueur », mais a regretté « l'impréparation avec laquelle cela a été élaboré ». La réforme de 2013 avait représenté pour les collectivités « un travail colossal et un investissement conséquent », rappelle-t-elle en demandant « des garanties tangibles sur la pérennisation du fonds de soutien ». La mairie de Nice a déjà annoncé l'arrêt de l'école le mercredi dès septembre. À Marseille, le maire s'est prononcé pour le maintien du rythme actuel de 4,5 jours pour la rentrée 2017, mais un retour à la semaine de 4 jours pour la rentrée 2018.

 

Source : le Point 29/06/2017

http://www.lepoint.fr/societe/rythmes-scolaires-la-semaine-de-4-jours-revient-28-06-2017-2138900_23.php#xtor=CS2-238

 

 

Posté par primairebichet à 09:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Semaine jeudi de l'Ascension 2015

53481

 

 Il n'y aura pas école le jeudi 14 mai 2015,

ce jour étant férié (jeudi de l'Ascension).

 

Toutefois, vendredi 15 mai est un jour normal d'école.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par primairebichet à 21:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

Vu dans la presse : La Réforme des rythmes scolaires bute sur Paris.

A quelques jours de la parution du décret réformant les rythmes scolaires, Paris a vécu, mardi 22 janvier, une journée sans école... ou presque. Au moins huit professeurs du primaire sur dix avaient déclaré leur intention de faire grève, et près de la moitié des écoles parisiennes – 372 sur 662 – se sont mobilisées à 100 %. Face à l'ampleur du mouvement, le service minimum d'accueil (SMA) n'a pu être organisé que dans 66 écoles.

La date de la mobilisation n'a pas été fixée au hasard : le 23 janvier doit être présenté en conseil des ministres le projet de loi d'orientation et de programmation pour l'école qui fixe, pour cinq ans, les priorités éducatives du gouvernement.

Les rythmes scolaires ne figurent que dans le rapport annexé à loi, mais ce sont eux, pourtant, qui cristallisent les débats. Mot d'ordre des syndicats parisiens (SNUipp, SE-UNSA, CGT, SUD, CNT, FO) : faire reculer Bertrand Delanoë. Le maire socialiste de Paris a fait savoir, le 10 janvier, que sa ville rejoignait les rangs – encore épars – des municipalités prêtes à revenir à la semaine d'école de quatre jours et demi dès septembre 2013, au même titre qu'Angers, Aubervilliers, Brest, Saint-Denis, Caen, Nantes, Rennes...

"CONTRESENS BIOLOGIQUE POUR L'ENFANT"

"On est face à une réforme parachutée dans l'urgence, sans concertation avec les profs", assure Nicolas Wallet, porte-parole du SNUipp-FSU Paris, syndicat majoritaire dans le premier degré. "Le retour au mercredi matin travaillé, avec un allégement des journées à la marge – d'une demi-heure à trois-quarts d'heure –, va dégrader nos conditions de travail, sans apport démontré pour les élèves", ajoute ce professeur de CM2. "Il faudrait au minimum reporter à 2014", renchérit Pauline Leclerc, du SE-UNSA Paris, en faisant référence à la possibilité donnée par le chef de l'Etat d'étaler la réforme sur deux ans (sur dérogation). "Mais le mieux serait encore de remettre à plat la question des rythmes", soutient cette professeure de CM1.

Une "remise à plat" ? Elle a déjà eu lieu, semble-t-il, au moins à deux reprises ces dernières années, lors de la "grande concertation" convoquée par le ministre de l'éducation, Vincent Peillon, cet été, mais aussi durant la conférence nationale réunie par son prédécesseur, Luc Chatel, en 2010.

"Pas d'apport démontré pour les élèves" ? Si un sujet fait consensus parmi les spécialistes des rythmes de l'enfant, c'est bien la nécessité de mettre un terme à la semaine de quatre jours d'école, instaurée en 2008 (avec la suppression du samedi matin). Un "contresens biologique pour l'enfant", selon l'Académie de médecine.

MIEUX ORGANISER LES APPRENTISSAGES

Avec 6 heures d'école par jour, 144 jours par an – contre 187 jours, en moyenne, dans l'OCDE –, la France détient le record de l'année scolaire la plus condensée et de la journée la plus chargée. Rétablir une demi-journée d'école doit permettre de revenir à 180 jours par an, en réinstaurant une continuité dans la semaine pour mieux organiser les apprentissages.

Le projet de décret préparé Rue de Grenelle prévoit d'étaler davantage les 24 heures de cours hebdomadaires, avec des journées de 5 h 30 maximum, et une demi-journée n'excédant pas 3 h 30. Aux collectivités de s'emparer du temps "libéré" – trois heures par semaine – pour organiser des activités périscolaires de qualité. En dépit de l'aide de 250 millions d'euros promise par l'Etat, cette charge nouvelle inquiète nombre de villes. Et pas que les communes rurales ou isolées : la ville de Marseille (UMP) a annoncé, le 21 janvier, qu'elle n'appliquera pas avant 2014 la réforme en l'état.

Paris, elle, veut être sur la ligne de départ dès septembre. "Nous entendons les inquiétudes des professeurs, mais notre sujet, ce sont les 137 000 petits Parisiens", pointe Anne Hidalgo, première adjointe (PS). "Si Paris n'est pas en capacité d'appliquer la réforme en 2013, on peut se demander qui le fera", renchérit Bruno Julliard, adjoint à la culture, et qui était, jusqu'à il y a peu, chargé du dossier des rythmes scolaires auprès de M. Peillon.

"MOBILISATION PROBABLEMENT CIRCONSCRITE À PARIS"

Deux aménagements de la journée d'école sont à l'étude. Option 1 : la classe se terminerait à 15 h 45, et des activités péri-éducatives seraient organisées de 15 h 45 à 16 h 30. Option 2 : ces activités prendraient place durant la pause de midi allongée de trois quarts d'heure – la cloche de l'école sonnant, comme aujourd'hui, à 16 h 30. Cette seconde hypothèse a la préférence de Colombe Brossel, adjointe en charge des questions éducatives : "Les chronobiologistes ont montré que le début de l'après-midi est moins favorable aux apprentissages, rappelle-t-elle. L'attention des enfants remonte vers 15 heures. D'où l'intérêt de décaler le retour en classe." Rien n'est encore tranché, précise Mme Brossel : les Parisiens sont invités à s'associer à la réflexion, lors d'une concertation qui doit débuter le 24 janvier.

Pas de quoi rassurer les enseignants de la capitale qui redoutent aussi de devoir prendre en charge des tâches qui incombent aux professeurs de la Ville de Paris – les "PVP". Un particularisme qui remonte à la monarchie de Juillet : quelque 760 enseignants, employés par la municipalité, assurent dans les écoles élémentaires parisiennes l'éducation musicale (1 heure hebdomadaire pour les écoliers), les arts plastiques (1 heure) et l'éducation physique et sportive (1 h 30).

Ces "PVP" seront-ils sollicités hors la classe, pour les activités périscolaires ? Rien ne permet, pour l'instant, de l'affirmer. "Ce vieil avantage explique, en partie, la vivacité des réactions des enseignants parisiens, analyse l'historien de l'éducation Claude Lelièvre. Il permet dans le même temps de penser que cette mobilisation, bien que massive, restera probablement circonscrite à Paris."

***

Lire aussi : Vincent Peillon a peu de leviers de négociation pour imposer sa loi d'orientation

Un projet tourné vers le primaire

 

 Les grandes créations : les écoles supérieures du professorat et de l'éducation (ESPS) vont former tous les nouveaux enseignants et recevoir les autres en formation continue. Le Conseil supérieur des programmes va définir "la nature et le contenu des épreuves des examens conduisant aux diplômes nationaux", mais aussi le nouveau socle commun.

Les changements : redéfinition de la maternelle, qui est un cycle à part entière et accueille les moins de 3 ans. La priorité est donnée au primaire, avec plus de maîtres que de classes; la transition est facilitée avec le collège et une langue vivante dès le CP. Un socle commun redéfini et maîtrisé par tous. Davantage de numérique dans les classes.

Les 60 000 postes créés : 27 000 pour la formation initiale ; 14 000 professeurs des écoles ; 7 000 professeurs en collège et lycée; 6000 personnels éducatifs ; 6 000 dans l'enseignement supérieur et agricole. Dans cette manne, 7 000 postes rééquilibreront les zones oubliées.

 

Source le Monde - mardi 22/01/2013

http://www.lemonde.fr/education/article/2013/01/22/la-reforme-des-rythmes-scolaires-bute-sur-paris_1820541_1473685.html

 

 

Posté par primairebichet à 13:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

Bonnes vacances d'automne !

biorythme

Retour à l'école le lundi 12 novembre 2012.

 

 

Posté par primairebichet à 15:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,