Vu dans la presse : Chantal, chef de bord dans le car

terminus-tout-le-monde-descend-la-mission-de-chantal-n-est-pas-finie

8 h 15 pétantes ! Le car du Bélieu fait sagement un demi-tour au rond-point pour venir s’arrêter sur son parking du côté des escaliers donnant accès directement au chemin de l’école. « La sécurité exige que les écoliers n’aient pas à traverser la route départementale qui vient d’être aménagée », précise Françoise l’agent de sécurité déjà en poste habillée de son gilet fluo.

« J’avais quitté la Fabi et ça m’embêtait de rester à la maison »

Les écoliers descendent du car, la mine endormie, une cinquantaine que Jean-Louis, le chauffeur, a « chargé » au départ du Bélieu puis aux points de ramassage « Sous Réaumont », avant de s’arrêter deux fois sur le territoire finois, au Bas de La Chaux et aux Lavottes, pour une douzaine.

Les locaux n’ont pas la majorité dans le bus. Ils n’ont qu’à bien se tenir. « Allez les loulous, on descend et on se range ! ». L’ordre vient de l’intérieur. « Mais des petits loups très gentils, contrairement à ce qu’on suppose », précise Chantal, l’accompagnatrice, qui elle a l’air bien réveillée.

Elle persiste et assure que ce sont « de très bons gamins ». Elle a déjà fait le voyage aller depuis chez elle aux Fins en compagnie d’une autre Françoise pour les rejoindre au départ.

Sa mission n’est pas finie tant qu’elle ne les a pas déchaussés et déshabillés dans les vestiaires de l’école maternelle. Chantal n’a pas hésité une seconde lorsque le maire du Bélieu, son employeur lui a proposé ce job. « J’avais quitté la Fabi et ça m’embêtait de rester à la maison à rien faire », raconte le chef de bord. Une pause jusqu’à 15 h 30 et c’est reparti pour un tour dans le sens inverse, cette fois.

« Ce n’est que du bonheur lorsque les papys et les mamies me confient leurs pioupious » Comme les appelait affectueusement, Léon, l’ancien cantonnier.

Source Est Républicain 25/11/2014

 

 

 

 

 


Vu dans la presse : Sylvie, une maman bénévole au service des écoliers

1

Depuis la rentrée, comme chacun le sait, la réforme des rythmes scolaires nécessite des adaptations. La municipalité a fait appel aux bonnes volontés pour proposer et animer une activité dans l’enceinte scolaire. Sylvie Maire-Amiot est de celles-là.

Cette maman dont les enfants ne sont plus scolarisés en primaire, vient bénévolement, il faut le préciser, se mettre à la disposition des « minots » en compagnie de Sylvette pour commencer, de Josiane et de Fabienne. Camille vient les rejoindre les jeudi et vendredi. Lorsque les conditions climatiques ne le permettent pas sur la cour, elles ont un local de repli à la salle audiovisuelle pour occuper les enfants au coloriage et jeux divers. A 16 h 30, vient l’heure de servir le goûter.

Sylvie est méritante. Elle fait ce « job » pour rendre service et être utile. La municipalité est venue par surprise la féliciter sur la cour et lui offrir des fleurs.

« J’en ai été ravie et cela m’a fait grand plaisir », confie-t-elle avec sincérité.

Bravo Sylvie ! Le bénévolat n’est plus monnaie courante de nos jours !

  

Source Est Républicain 25/11/2014 :

http://www.estrepublicain.fr/loisirs/2014/11/24/sylvie-une-maman-benevole-au-service-des-ecoliers

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par primairebichet à 09:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

Spectacle Les souffleurs de rêve - 20/11/2014

Affiche-souffleurs-mini-copie

Deux artistes sensibles et lumineux – conteuse et musicien – nous ouvrent les portes d’un territoire où l’imaginaire fait loi. Il s’agit d’une invitation savoureuse à arpenter pieds nus des lieux de complicité universels.

Ici, on effleure ensemble et du bout des doigts, l’émerveillement et les grandes émotions de l’enfance. L’empreinte laissée dans nos arpents rêveurs est précise et ciselée.


Le corps du spectacle est fait d’histoires dont les personnages nous sont familiers malgré leur étrangeté.

Alice et son bébé perdu, la mouche qui ne regarde pas où elle vole, le chien et son amour du miel, la petite fille nommée Petite Fille, le garçon qui plantait des cailloux pour faire pousser des montagnes nous font voyager sur une palette émotionnelle qui va du rire aux larmes en passant par le tumulte des grandes peurs.


Le chant partout présent (en arabe, hébreu, bambara ou malien) libère de somptueuses déflagrations vibratoires qui disent l’universalité musicale du langage de l’émerveillement.


Les compositions originales à la guitare épousent la narration et nourrissent la capacité évocatrice.
De ce tout qui passe en un clin d’œil, exhale une saveur résolument poétique sertie dans un mouvement à peine esquissé.

Planante drôle élégante et parsemée de surprises, cette petite forme pétillante et délicate se déploie tout naturellement dans la magique simplicité de la voix nue et de la musique du monde.

 

 

Pour écouter un extrait :

 http://www.creaction-spectacle.com/souffleurs-reve/

 

 

 

 


Vu dans la presse : Du papier pour financer, recycler, trier.(16/11/2014)

operation-tri-le-samedi-matin-en-famille

 

L’association Les fins papiers a été créée en 2006, dans le but de financer une partie du voyage de fin d’année des élèves de CM2 de l’école Pierre Bichet aux Fins. Mais elle a également un double objectif : celui de sensibiliser les enfants au geste de tri et au recyclage des papiers.

Le renouvellement des membres de l’association intervient à la fin de chaque année scolaire. Pour cette année, 26 familles se sont engagées et assurent à tour de rôle la collecte ainsi que le tri du papier. Parmi elles, figurent les membres du nouveau bureau représenté par Christophe Dalloz, président, Sophie Theurillat, vice-présidente, Yannick Barthod-Michel, trésorier, Céline Robalo Gomes, secrétaire.

Les magazines, journaux, publicités et papiers divers sont collectés grâce aux containers placés sur les communes des Fins principalement, mais également au Bélieu et à Noël-Cerneux. Aux Fins, ces containers sont situés près de la fromagerie des Suchaux, de la mairie, du cimetière, de la boulangerie, de la pharmacie, sur la route du Mont Vouillot, aux Frenelots, près de la société Bigmat.

Parallèlement, de nouveaux containers ont été préparés puis décorés par les enfants « car il est important de perpétuer l’action et le succès de cette association », confirment les adhérents. Sept équipes de familles se relaient le samedi matin à la salle polyvalente, lieu de stockage pour trier et ranger le papier.

Le tri consiste à enlever le plastique (enveloppes à fenêtres, emballages, papiers glacés, liens spirales) ou métalliques (trombone). L’ensemble des familles se retrouvent environ tous les deux mois pour le remplissage des bennes enlevées par Préval pour le recyclage. L’occasion pour les parents de faire plus ample connaissance et de passer de bons et conviviaux moments. A l’instar de la matinée au cours de laquelle les enfants ont été gâtés par les viennoiseries offertes par la boulangerie Bonnet, en travaillant à la décoration des containers.

 

Source :

http://www.estrepublicain.fr/art-et-culture/2014/11/16/du-papier-pour-financer-trier-et-recycler

 

 

 

 

 

Posté par primairebichet à 18:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Compte-rendu conseil d'école du 07/11/2014

 

note

 

Pour télécharger le document, cliquer ici :

 

PV_conseil_d__cole_7_novembre_2014

 

 

 

 

 

 

Posté par primairebichet à 12:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Cérémonie du 11 novembre 2014

Un armistice est l'arrêt provisoire des hostilités. L'armistice est demandé par le gouvernement du pays dont l'armée semble battue. L'armistice est négocié et signé afin que le pays demandeur puisse examiner attentivement avec son adversaire les conditions pour mettre fin à la guerre. Mais il ne marque pas la fin officielle d'une guerre.

On peut conclure, dénoncer ou rompre un armistice et cela ne dure parfois que quelques jours. Souvent, ce mot est confondu avec amnistie (ou grand pardon).

En France, l'Armistice ou date anniversaire de la fin de la Première Guerre mondiale est fêté chaque année le 11 novembre. L'armistice ne doit pas être confondu avec la capitulation, qui est faite directement entre les chefs militaires des deux armées adverses. Ainsi en 1918, le gouvernement allemand signe l'armistice avec les représentants du gouvernement français et alliés (même si une partie d'entre eux sont des militaires). Mais en mai 1945, l'armée de terre, l'armée de l'air et la marine allemandes signent leur capitulation entre les mains des généraux alliés.

 

ARMIST~1

 Tableau représentant la signature de l’armistice de 1918 dans le wagon-salon du Maréchal Foch. Derrière la table, de droite à gauche, le général Weygand, le maréchal Foch (debout) et les amiraux britanniques Wemyss et G.Hope. Devant, le ministre d’État allemand Matthias Erzberger, le général major Detlof von Winterfeldt (avec le casque) de l’armée impériale, le comte Alfred von Oberndorff des Affaires étrangères et le capitaine de vaisseau Ernst Vanselow de la Marine impériale.

 

Source : Vikidia

http://fr.vikidia.org/wiki/Armistice

 

****************

Cérémonie du 11 novembre 2014 aux Fins :

RdV au monument aux morts, à 11h00.

 

 

 

 

Posté par primairebichet à 10:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,